MAXI Spindrift 2

Le cabinet d’architectes Van Peteghem – Lauriot Prevost (VPLP) s’est penché dès avril 2006 sur la conception d’un maxi multicoque capable de remporter le Trophée Jules Verne. Il s’agissait de concevoir un trimaran d’équipage de 40 mètres, fiable et évolutif, restant polyvalent afin d’être également performant dans un programme mixte incluant, par exemple, transatlantiques et tours du monde.

Ce maxi-trimaran, lancé le 26 août 2008, sous le nom de Banque Populaire V est le fruit d’un projet ‘raisonné’ et raisonnable. Les ratios entre longueur de coques et hauteur de mât d’une part, comme entre taille et déplacement (poids) d’autre part, montrent que ce multicoque géant possède une marge de sécurité importante. Construit par CDK Technologies et ses fournisseurs, ce géant des mers a été pensé pour les grands records. L’objectif du projet était de concevoir un trimaran rapide à toutes les allures dans du vent faible à médium, tout en favorisant sa capacité à allonger les vitesses moyennes soutenues dans la mer formée.

Trimaran de légende
Le 6 janvier 2012 : le maxi-trimaran Banque Populaire V, mené par Loïck Peyron et ses treize hommes d’équipage, bat le Trophée Jules Verne avec un temps de 45 jours, 13 heures, 42 minutes et 53 secondes, réalisé à la vitesse moyenne de 19,75 nœuds. En juin 2013, le plus grand trimaran de course au monde intègre l’écurie Spindrift racing dans l’objectif de s’attaquer aux records majeurs et notamment d’améliorer l’exigeant chrono autour du monde. En novembre de la même année, les marins de Spindrift racing améliorent de 20 heures le record de La Route de la Découverte (Cadix – San Salvador) avec une traversée de l’Atlantique effectuée en 6 jours, 14 heures, à la vitesse de 24,50 nœuds.

L’année 2014 est ensuite marquée par un double objectif sportif pour le trimaran Spindrift 2 : s’attaquer durant l’été au record de l’Atlantique Nord en équipage (New York-Cap Lizard) tout en permettant à Yann Guichard de s’aligner à l’automne au départ de La Route du Rhum en solitaire. Durant quatre mois de chantier à terre, le trimaran est adapté techniquement à ces nouveaux défis. Son mât est raccourci de six mètres tandis que deux tonnes sont gagnées sur l’ensemble du bateau.

En juin, Spindrift 2 entre en stand-by à Newport dans l’attente d’un créneau météo favorable pour s’élancer sur l’Atlantique mais aucune fenêtre ne s’ouvre durant l’été. Le trimaran rentre alors en Europe et Yann se qualifie pour La Route du Rhum en effectuant la fin de parcours entre les Açores et la Bretagne en solitaire. L’exercice du ‘solo’ à bord de ce géant se révèle des plus exigeants, physiquement notamment. En course entre Saint-Malo et Pointe-A-Pitre au mois de novembre 2014, le skipper repousse ses limites et monte sur la deuxième marche du podium.

Une version Trophée Jules Verne signée Spindrift racing
Après ce court programme solitaire, le trimaran Spindrift 2 repasse en mode équipage pendant le chantier réalisé durant l’hiver 2015, principalement chez Multiplast à Vannes. L’optimisation majeure concerne un nouveau mât de 42 mètres spécialement conçu par le Spindrift racing design team et GSea Design pour le Trophée Jules Verne et construit chez CDK à Port-la-Forêt. Les voiles, les aménagements intérieurs comme le cockpit évoluent également en vue du tour du monde en équipage.

Le 8 janvier 2016, après 47 jours 10 heures et 59 secondes autour du globe, l’équipage de Spindrift 2 boucle son premier tour du monde en signant à cette époque le deuxième meilleur temps de l’histoire du Trophée Jules Verne. Un chrono un peu trop long pour battre le record détenu alors par Loick Peyron et son équipage sur Banque Populaire, mais une tentative victorieuse pour Dona Bertarelli, première femme à terminer un Trophée Jules Verne, et qui devient la navigatrice la plus rapide autour du monde à la voile. Sur cette même boucle, les quatorze marins embarqués sur le maxi-trimaran auront glané trois temps de référence (Ouessant-équateur, Ouessant-Tasmanie, Ouessant-cap Horn).

Afin de faire tomber le record, Spindrift 2 est dans sa version 2017 paré de nouveaux plans porteurs et de nouvelles terminaisons sur les foils qui permettent de diminuer sensiblement la trainée globale des flotteurs et d’offrir un gain de vitesse à certaines allures. Dans une continuité, le poids à bord a également été optimisé ainsi qu’une multitude de petits détails qui sur un bateau de cette taille peuvent vite faire la différence. 

Un démâtage à quelques minutes du départ de cette 2e tentative de Jules Verne aura malheureusement raison des velléités de l’équipage, le contraignant à réarmer Spindrift 2 de son mât d’origine, raccourci de 6 mètres et adapté pour la Route du Rhum en 2014 et à repousser cette tentative à l’automne 2018.

PROGRAMME 2018

[pinpoint-white]

TENTATIVE DE TROPHÉE JULES VERNE

 

MAXI Spindrift 2

Caractéristiques

Type
Maxi trimaran océanique

Déplacement
21 tonnes

Hauteur mât
37,7 mètres

Grand voile
374 m²

Gennaker
440 m²

Largeur
23 mètres

Tirant d’eau
5,10 mètres

Longueur des flotteurs
37 mètres

Longueur de la coque centrale
40 mètres

Reacher
292 m²

Staysail
166 m²

ORC
72 m²

Tirant d’air
41 mètres

Description

Le cabinet d’architectes Van Peteghem – Lauriot Prevost (VPLP) s’est penché dès avril 2006 sur la conception d’un maxi multicoque capable de remporter le Trophée Jules Verne. Il s’agissait de concevoir un trimaran d’équipage de 40 mètres, fiable et évolutif, restant polyvalent afin d’être également performant dans un programme mixte incluant, par exemple, transatlantiques et tours du monde. Ce maxi-trimaran, lancé le 26 août 2008 est le fruit d’un projet ‘raisonné’ et raisonnable.

Programme

[pinpoint-white]

TENTATIVE DE TROPHÉE JULES VERNE

 

2016

Vainqueur

Transat Québec Saint-Malo

2015

Vainqueur

Fastnet Race

2014

Second

La Route du Rhum – Destination Guadeloupe

2013

Vainqueur

Fastnet Race

2016

Vainqueur de la Transat Québec Saint-Malo et nouveau record : 6 jours, 1 heure, 17 minutes et 41 secondes.

Hiver 2015-2016

Trophée Jules Verne: troisième meilleur temps de l’histoire en 47 jours 10 heures 59 minutes 02 secondes

Record Ouessant-Equateur en 4 jours 21 heures 43 minutes et 2 secondes

2013

Record de la Route de la Découverte en 6 jours, 14 heures, 29 minutes et 21 secondes à la vitesse de 24,50 nœuds