‘Warm-up’ du Bullitt GC32 Racing Tour à Marseille : Yann Guichard et Spindrift racing séduits par la voile qui vole !
  • GC32
28 avril 2015

Les équipages qui ont participé au ‘warm-up’ du Bullitt GC32 Racing Tour, organisé à Marseille du 23 au 26 avril derniers, ont pris leurs marques et jaugé la concurrence. Dans la sublime rade de la cité phocéenne balayée par un vent grimpant au-delà des 20 nœuds ce week-end, Yann Guichard et ses équipiers ont pris un immense plaisir à découvrir les sensations du ‘vol à voiles’ à bord des catamarans à foils GC32. L’équipage de Spindrift racing s’est montré dans le rythme, remportant plusieurs belles manches. La saison officielle débute dans exactement un mois en Autriche, avec le premier grand prix organisé sur le Lac de Traunsee du 27 au 31 mai. Emballé par ce support résolument technique et grisant, le skipper de Spindrift racing nous en dit plus.

Yann Guichard, pouvez-vous décrire les premières sensations de vol à bord du GC32 ?
“Nous participions à ce ‘test-event’ à bord d’un bateau prêté par l’organisation du Bullitt GC32 Racing Tour dans l’attente de la réception de notre catamaran ces jours-ci. C’était une totale découverte pour moi à la barre mais aussi pour l’équipage. Dès notre première sortie et dès la première abattée, dans 8-10 nœuds de vent sur mer plate, le bateau s’est soulevé et a volé pendant plusieurs minutes. C’est fabuleux. Nous étions agréablement surpris de la stabilité avec laquelle le GC32 vole. Le bateau est fantastique et la saison s’annonce passionnante.”

Un GC32 demande de la finesse ou de la puissance ?
“Exactement les deux. A la barre, cela fait penser à une voiture de course. Il faut faire de petits gestes, précis, mesurés. La vitesse amplifie tout et le bateau réagit au quart de tour. La moindre erreur et c’est la sortie de route. Cela m’a vraiment rappelé les sensations à 40 nœuds à la barre du maxi-trimaran Spindrift 2 (le plus grand trimaran de course au monde). Ensuite, il faut arriver à voler tout le temps, à toutes les allures et pendant les phases de transitions. Et là, il faut un équipage rodé à l’exercice et très puissant car c’est vraiment physique, notamment pour le réglage des foils.”

Vous étiez quatre ce week-end dont Armin Storm mené par Chris Draper et une partie de son équipage de l’America’s Cup. Sébastien Rogues entame sa seconde saison et Alinghi fait son entrée sur le circuit cette année comme Spindrift racing. D’autres vous rejoindront sur le tour cette année, quel est le niveau du plateau après ces premières régates ?
“On voit bien que Chris Draper qui a une longue expérience des bateaux volants, est à l’aise mais nous avons trouvé que le jeu est globalement ouvert. Le fait que le bateau décolle facilement nivèle le plateau. Chacun atteindra rapidement un niveau d’utilisation du bateau à 80 ou 90%, par contre le gap supplémentaire demandera beaucoup d’efforts, beaucoup d’heures de navigation et le meilleur équipage.”

En quoi cet engagement sur le Bullitt GC32 Racing Tour correspond-il à Spindrift racing ?
“L’offre est adaptée à l’écurie. L’avenir de la voile passera par les bateaux volants. Le GC32 a toute sa place dans Spindrift racing en tant que multicoque technologique, demandant un haut niveau de performance. Les régates ont lieu dans toute l’Europe ce qui est bénéfique pour nos partenaires Mirabaud, Genes-x, Zenith, comme pour nos fournisseurs. Et enfin, le circuit est accessible financièrement et sportivement avec un plaisir garanti, j’espère que cela va motiver d’autres équipes à nous rejoindre !”

Équipage du GC32 ‘Spindrift’ :
Yann Guichard, skipper
Christophe Espagnon
Jacques Guichard
Erwan Israël
Matthieu Vandame

Les dates du Bullitt GC32 Racing Tour 2015 :
27-31 mai : Austria Cup - Lac Traunsee, Autriche
24-27 juin : Cowes Cup - Cowes, UK
30 juillet-2 août : GC32 Sailing Cup Kiel - Allemagne
27-30 août : Trophée de Rome - Rome Fiumicino, Italie
30 septembre - 3 octobre : Marseille One Design - Marseille, France

Pour plus d'informations : www.gc32racing.com