Une victoire et un record pour Spindrift sur la Transat Québec / St-Malo
  • Maxi Spindrift 2
20 juillet 2016

Parti le 13 juillet dernier de Québec, Spindrift 2 aura avalé l’atlantique en à peine plus de 6 jours à la vitesse moyenne de 22,1 nœuds (20,99 sur la route théorique de 2 897 milles) sur cette 9e édition de la Transat Québec Saint-Malo. A l’issue de 3 212 milles parcourus, Yann Guichard, Dona Bertarelli et leurs 12 membres d’équipage ont été les premiers à pointer les étraves du trimaran noir et or devant la cité Malouine et ont franchi la ligne d’arrivée à 23 heures 17 minutes 41 secondes (heure locale), s’emparant par la même occasion du nouveau record sur cette course mythique. L’équipage améliore de 1 jour, 19 heures, 6 minutes et 19 secondes le temps de Loïck Peyron datant de 1996 (7 jours 20 heures 24 minutes) à bord du trimaran Orma Fujicolor II. Parti 3 jours après les monocoques et multicoques engagés dans la course, la traversée express de Spindrift 2 souligne le potentiel et la performance de ce bateau de légende. Mené par Yann Guichard, son skipper, l’équipe a su exploiter au mieux la machine et tirer parti des conditions météo variées sur le parcours.  

Une traversée express en trois actes : 

Acte 1 - Négocier les pièges du Saint Laurent
Une vigilance accrue était de mise à bord de Spindrift 2 pour la descente fleuve Saint-Laurent. Une bataille d’empannages avec Oman Sail, second Ultime participant, s’est engagée dès le départ de la course, portée par un vent de 8 à 10 nœuds, pour négocier les portions étroites du fleuve auxquelles se rajoutent les îles et bancs de sable. Evoluant sous les grains, le team a tout de même eu l’occasion de côtoyer les richesses naturelles du fleuve jusqu’à Percé, ville du Québec située à la pointe de la péninsule gaspésienne, marquant l’entrée dans le golfe du Saint Laurent.

Acte 2 - Traversée de l’océan Atlantique sur un bord
Bottes et cirés ont réapparus sur le pont après le rocher Percé ! A cette marque de parcours, le maxi-trimaran a récupéré du vent mais s’est vite retrouvé plongé dans une mer formée et courte, accompagnée d’un épais brouillard provoqué par la rencontre du courant du Labrador, courant océanique froid provenant de l’Océan Arctique, avec l’eau plus chaude du Gulf Stream. Le bateau noir et or avale dès lors les milles et navigue à des vitesses moyennes importantes de 30 à 35 nœuds avec des pointes régulières au dessus de 40 nœuds au compteur. Ces conditions musclées associées à des hautes vitesses rendent la vie à bord difficile mais sont aussi propices pour traverser l'océan sur un bord en route directe.
 
Acte 3 – Enrouler le Fastnet et mettre le cap sur Saint Malo
Finie la grande glissade ! A l’approche des côtes irlandaises, changement d’amure pour Spindrift 2 et passage de la dernière marque obligatoire du parcours autour du mythique rocher Fastnet. Après un épais brouillard qui les aura accompagnés durant toute la traversée, c’est maintenant une dorsale anticyclonique qui se pointe devant les étraves du trimaran. Les vents légers ainsi que les forts courants ne laissent aucun répit aux 14 membres d’équipage qui doivent enchaîner les manoeuvres. Néanmoins ils réussissent à rattraper les Multi 50 et prennent la tête de la flotte jusqu’à Saint-Malo qu’ils atteignent à la tombée de la nuit.
Sous les projecteurs de la pleine lune, Spindrift 2 et ses 14 hommes et femme d'équipage ont fait leur entrée dans la cité malouine sous l’œil de nombreux spectateurs passionnés ou vacanciers venus les accueillir le long du quai de la bourse à la gare maritime. Cette transatlantique en équipage, première course de la saison à bord du maxi trimaran, est positive pour toute l’équipe qui a travaillé avec passion ces derniers mois pour que le bateau soit prêt et performant. Une belle occasion également d’étoffer l’équipe de marins, de se maintenir à haut niveau et de travailler la cohésion d’équipage en vue de la prochaine tentative du Trophée Jules Verne.
 
 

Ils ont dit :

Yann Guichard, skipper de Spindrift 2 : 

"On est vraiment très contents de remporter cette course. On l’imaginait un peu au départ qu’on descendrait en dessous de 7 jours mais finir à 6, c’est un beau chrono. Toute l’équipe a fait un super travail. J’avais participé à la transat en 2004, malheureusement j’avais du abandonner au milieu de l’Atlantique, donc là de la finir et de battre en plus le record c’est génial. 

C’était assez incroyable la traversée du Saint Laurent. C’était très étroit au départ et les premiers 50 milles sont assez difficiles. Heureusement nous sommes partis au portant avec Oman Sail. Cela a été une belle bagarre avec des rebondissements : un coup nous étions devant, l’autre coup c’était eux. On a finalement réussi à s’échapper juste avant la bouée de Gaspé sur un petit coup tandis qu'il reste dans une zone sans vent. Les meilleurs souvenirs sont cette sortie du Saint Laurent et le passage de Saint Pierre où il y avait du monde qui nous attendait en début de nuit avec 40 nœuds de vent, c’était un moment assez incroyable.

Tout s’est bien passé à bord on avait trois nouvelles personnes dont deux anglais. Ils se sont tout de suite acclimatés et ont pris la mesure du bateau. L’esprit était fantastique, le bateau est en parfait état il est prêt à repartir demain pour refaire une traversée de l’Atlantique ou faire un tour du monde.

Avec Dona nous avons réussi à créer une équipe qui nous ressemble avec des personnes qui sont  passionnées de la mer et aussi de la performance et là on l’a bien prouvé avec le bateau que nous étions capables de le mener rapidement à travers l’Atlantique.

Le programme est de rester quelques jours ici à Saint Malo où l’accueil a été très chaleureux, puis de ramener le bateau à notre port d’attache de la Trinité-sur-Mer et le préparer pour le prochain objectif qui est le Trophée Jules Verne l’hiver prochain ».

Dona Bertarelli, barreur régleur à bord de Spindrift 2 : 

"C’était fantastique sportivement et humainement. Cela faisait plusieurs années que je voulais faire la Transat Québec Saint Malo. La course est magnifique, le départ à Québec, le Saint Laurent, passer toutes ces marques qui sont historiques et mythiques comme le rocher Percé, Saint Pierre et Miquelon et le Fastnet et puis l’arrivée ici à Saint-Malo, il y a plusieurs courses dans la course.

Nous avons navigué à une vitesse réduite dans le Saint Laurent car il y a même des endroits où il y a des limitations de vitesse pour protéger les Belugas et on a également fait très attention à tous les cétacés qu’il y a dans la zone avant de pouvoir accélérer dans l’Atlantique. Il y a une multitude de choses dans cette course qui fait qu’elle est très belle et très spéciale.

Nous sommes très contents d’avoir battu le record de Loïck Peyron. C’est difficile de battre les records quand c’est un départ de course car on ne peut pas choisir notre départ et on doit donc composer avec la météo qui se présente. On a surtout pas eu beaucoup de vent sur l’arrivée ! Maintenant c’est un très beau chrono et nous sommes fiers d’avoir fait ce qu’on a fait aujourd’hui ».

La Transat de Spindrift 2 en bref  :

- Partis le mercredi 13 juillet à 16h00 (locale) de Quebec
- Arrivée à Saint Malo le mardi 19 juillet à 23 heures 17 minutes et 41 secondes à Saint Malo
- Temps de course : 6 jours, 1 heure, 17 minutes et 41 secondes 
- 2897 milles sur la route théorique à la moyenne de 20,99 noeuds
- 3212 milles de distance réelle parcourue à la moyenne de 22,1 noeuds
- Record amélioré de 1 jour, 19 heures, 6 minutes et 19 secondes.

 

Equipage Spindrift racing pour la Transat Québec Saint-Malo : 
Yann GUICHARD
Dona BERTARELLI
Duncan SPÄTH
Erwan ISRAEL 
Erwan LE ROUX 
Xavier REVIL 
Jacques GUICHARD 
Antoine CARRAZ 
Simone GAETA 
François MORVAN 
Thierry DUPREY DU VORSENT 
Jack BOUTTELL 
Sam GOODCHILD
Chris SCHMID (médiaman)
« Ce nouveau record démontre une fois encore les qualités exceptionnelles de Spindrift 2 et de son équipage. Cette victoire a une saveur particulière pour Mirabaud qui fête cette année le 30èmeanniversaire de sa présence au Canada. C’est de très bon augure avant la prochaine tentative de remporter le Trophée Jules Verne », déclare Antonio Palma, Associé-gérant de Mirabaud.
 
«Nous tenons à féliciter tout le team Spindrift et particulièrement Dona Bertarelli et Yann Guichard pour ce fantastique record. Nous sommes fiers de vous tous ! L’excellence, la précision et la haute qualité de leurs performances sont aujourd’hui récompensées» Aldo Magada, Président et CEO de Zenith.

A propos de la Transat Québec Saint-Malo :

26 équipages engagés sur une course mythique
La transat Québec Saint-Malo relie la ville de Québec à Saint-Malo sur un parcours emblématique de 2 897 milles nautiques (5 365 kilomètres). Depuis sa première édition en 1984, la transat Québec Saint Malo réunit tous les quatre ans les meilleurs coureurs océaniques professionnels sur multicoques et monocoques pour une course hauturière d’ouest en est. Sur cette 9e édition, 26 équipes internationales se sont lancées dans la course, dimanche 10 juillet pour les Class40, Multi50 et Open puis mercredi 13 juillet pour les deux maxi-trimarans de la catégorie des Ultime, Spindrift 2 et Musandam-Oman Sail de Sidney Gavignet.

Vidéo de l'arrivée