Dona Bertarelli défend son titre sur le Bol d’Or Mirabaud!
  • Décision 35
11 juin 2015

Quelle magie ce Bol d’Or Mirabaud ! Régatiers professionnels ou amateurs, ils ne manqueraient cet événement pour rien au monde. Avec plus de 500 bateaux sur la ligne de départ devant la Société Nautique de Genève, cette épreuve référence de la voile suisse n’a pas pris une ride. Bien au contraire, cette 77e édition disputée ce samedi à partir de 10 heures, s’annonce déjà comme un véritable succès avec un plateau à nouveau d’une grande qualité. Première femme à avoir remporté l’épreuve en 2010, Dona Bertarelli a réédité la performance en 2014 et défend donc le titre cette année, à la barre du D35 Ladycat powered by Spindrift racing. Entourée de Yann Guichard à la tactique et des équipiers de l’écurie avec lesquels elle court à l’année sur le circuit D35 mais aussi au large à bord du maxi-trimaran Spindrift 2 (Christophe Espagnon, Jacques Guichard, François Morvan et Xavier Revil), la navigatrice vise naturellement les meilleures places.

‘Le Bol’ est un monument. En équipage professionnel, en famille, entre amis, chacun vient vivre une expérience unique sur cet aller-retour de 123 kilomètres d’un bout à l’autre du lac, entre Genève et Bouveret. "Certains passent la nuit sur l’eau et n’arrivent qu’au petit matin, voire même en pleine journée," rappelle Dona Bertarelli qui a suivi de nombreuses éditions avant de s’engager pour la première fois en 2007 en tant que compétitrice avec un équipage 100% féminin. "Le Bol d’Or Mirabaud est une course mythique," poursuit-elle.

Une compétition intense dans un cadre unique

Bien sûr, le lieu de la compétition y fait beaucoup. "Nous régatons sur le plus long lac d’Europe, entourés des sommets enneigés et de vignobles inscrits au patrimoine de l’UNESCO. On passe d’un terrain doux du côté suisse à des falaises qui tombent à pic, côté français. Le paysage est tout simplement époustouflant !"

Cette configuration de plan d’eau, aussi bien très ouvert que bordé de hauts reliefs, offre des conditions de navigation très particulières. "On ne connaît jamais vraiment la météo que l’on va avoir tout au long du parcours. Il est commun de dire qu’il y a 100 vents sur le Léman. Tout peut se jouer sur les transitions de l’un à l’autre. On peut rester sur un plan d’eau 'miroir' pendant des heures puis se retrouver, en quelques minutes, avec un vent des montagnes qui s’abat sur le lac avec une violence étonnante. Il ne faut donc rien lâcher jusqu’à l’arrivée car tout peut être remis en cause tout au long de la course. Nous en avons fait l’expérience autant dans la ‘pétole’ en 2010 que dans la brise en 2014 et, à chaque fois, c’est beaucoup de tension pour une grande joie lorsque finalement la victoire est à la clef !"

Un plateau relevé en multicoques

Parmi les équipiers de la flotte D35 comme à bord des autres multicoques engagés cette année, les profils sont impressionnants. Experts de la régate lémanique, champions olympiques, marins de l’America’s Cup ou coureurs au large, tous se retrouvent samedi au départ. "En D35 notamment, bateaux monotypes, tous les équipages peuvent prétendre à la victoire sur ce parcours difficile et jonché d’imprévus. Nous l’avons encore vu ces jours-ci sur la Genève-Rolle-Genève où le dernier à mi-parcours a finalement gagné."

Mirabaud, partenaire du Bol d’Or et de l’écurie Spindrift racing

La banque suisse est un sponsor de référence dans le monde de la voile. Partenaire titre du Bol d’Or depuis de nombreuses années, Mirabaud a aussi accompagné les tours du monde du navigateur Dominique Wavre. Depuis 2013, Mirabaud a débuté une nouvelle grande aventure en tant que ‘Partenaire gold’ de l’écurie Spindrift racing, aux côtés de l’entreprise de biotechnologie Genes-x. Ces deux marques helvétiques sont aussi accompagnées par la manufacture horlogère Zenith qui a rejoint le team au titre de ‘Chronométreur officiel’, notamment pour les campagnes de records océaniques.

Ainsi, Mirabaud régate en D35 avec Ladycat mais aussi en trimaran Diam 24 sur le Tour de France à la Voile qui débute le 3 juillet prochain. La banque dispute également le circuit européen des GC32 avec l’entrée de Spindrift racing dans l’univers de ces catamarans volants qui s’affrontent cette année en Autriche, en Angleterre, en Allemagne, en Italie et en France.

Et enfin, Mirabaud sera cet hiver embarqué avec Spindrift 2 dans la première tentative franco-helvétique du record du tour du monde en équipage à voile ! Une aventure hors norme. "Mirabaud possède un immense héritage dans la voile suisse comme dans la voile internationale. Nous avons un réel plaisir à associer notre projet à une entreprise et des collaborateurs passionnés qui comprennent ce que nous faisons et véhiculent les mêmes valeurs que Spindrift racing," conclut Dona Bertarelli.

Tout savoir sur le parcours du Bol d’Or Mirabaud : cliquez ici

Équipe de Ladycat powered by Spindrift racing

Dona Bertarelli, skipper/barre
Yann Guichard, tactique
Xavier Revil, grand-voile
François Morvan, embraque
Jacques Guichard, embraque
Christophe Espagnon, équipier d’avant
Nicolas Débordes, préparateur à terre

Calendrier 2015 | D35 Trophy

8-10 mai – Grand Prix d’Ouverture – SNG
23-24 mai – Open de Versoix – CNV
6 juin – Genève-Rolle-Genève – YCG
5 et 7 juin – Open de Versoix – CNV
13 juin – Bol d’Or Mirabaud – SNG
5-6 septembre – Grand Prix Comptoir Immobilier – YCG
12-13 septembre – Open de Crans – CNC
25-26 septembre – Grand Prix de Clôture – SNG