Entretien avec Yann Guichard – Bilan de 5 années et du programme sportif à venir
  • Ecurie
05 octobre 2016

Le week-end dernier, le team Spindrift s’adjugeait la victoire finale du D35 Trophy lors du dernier Grand Prix à Genève en Suisse. Cette belle victoire qui clôture la fin d’une saison intense marque également l’anniversaire des 5 ans de l’écurie, une aventure qui a débuté avec Dona Bertarelli et Yann Guichard en 2011. Depuis la base sportive de l’écurie à Saint-Philibert, Yann revient sur ces 5 années écoulées et nous parle d’avenir :

« Pour l’ensemble du team, ces 5 dernières années ont été incroyables et je me sens privilégié d’être entouré d’une si belle équipe. Jamais je n’aurais pu imaginer que nous pourrions accomplir tant de choses en si peu de temps. »

5 années sportives partagées

Le navigateur breton de 42 ans, n’a pas seulement conduit une équipe de 13 marins autour du monde sur trois océans, terminant à seulement 2 jours du temps record et du défi absolu, il a aussi réalisé l’exploit humain, sportif et physique de mener le trimaran géant de 40 mètres en solitaire sur la Route du Rhum et de finir second, douze mois plus tôt. Le team a également gagné cinq records mondiaux, le second temps historique du tour du monde à la voile et remporté de beaux challenges sportifs sur l’eau, que ce soit au large ou en régate. Toujours en multicoques, ces dernières années ont également été marquées par l’engagement de l’écurie dans de nouveaux circuits internationaux, tels le circuit mondial de match racing en M32 et les foilers en GC32. Enfin, le choix de maintenir un équipage Spindrift sur le circuit des D35 cette année, dans le prolongement d’un engagement initié en 2007 par Dona Bertarelli, a été récompensé par une victoire finale pour l’écurie du championnat 2016 du D35 Trophy, s’emparant par la même occasion de sa troisième victoire sur le Bol d’Or Mirabaud.

Remporter des régates, gagner des courses océaniques ou battre des records sont des accomplissements recherchés par quelques équipes à travers le monde. Peu d’entre elles réussissent néanmoins à s’imposer dans ces trois disciplines à l’image de Spindrift racing qui se prépare à entamer une sixième année et un nouveau programme sportif avec les multicoques de sa flotte.

Spindrift 2, taillé pour les plus grands records à la voile

Après un tour du monde, une transatlantique en équipage ralliant Québec à Saint-Malo et des séries d’entraînements, le bateau amiral de l’écurie, le maxi trimaran Spindrift 2, est actuellement en chantier pour quelques optimisations en vue de la prochaine saison. Ce n’est pas une chose simple de trouver un chantier ayant suffisamment d’espace pour accueillir le plus grand trimaran océanique au monde. C’est donc chez Multiplast à Vannes que le team technique a pris ses quartiers, à pied d’œuvre pour effectuer sur le trimaran les modifications nécessaires, avant d’être remis prochainement à l’eau.

Le Trophée Jules Verne, le défi ultime

« Le Trophée Jules Verne constitue un immense défi et un engagement total. Historiquement il faut trois tentatives pour battre le record. Il y a déjà eu 23 tentatives, mais le record a été battu seulement 8 fois. Lors de notre première tentative, nous avions deux jours d’avance jusqu’à ce que la fenêtre météo ne se referme. Nous avons beaucoup appris durant ce premier essai autour du monde et nous continuons à apprendre depuis. Notre participation à la Transat Québec Saint-Malo nous a notamment permis de tester et de valider quelques idées et optimisations pour le bateau et de battre le record sur le parcours par la même occasion.

Notre stratégie au sein de Spindrift racing, qui consiste à mixer coureurs au large et régatiers spécialistes du contact sur une multiplicité de circuits, a démontré son efficacité en terme de performance et nous mènerons notre seconde tentative de record du Trophée Jules Verne dans ce même esprit.

Le Trophée Jules Verne reste un rêve à accomplir, et constitue un des défis ultimes dans la voile de compétition et pour Spindrift racing.

Dona et moi avons l’ambition de battre ce record avec l’équipe que nous avons mise en place depuis maintenant cinq ans. Un record aussi difficile que celui-là demande un engagement absolu et de réunir toutes les conditions nécessaires à la réussite d’un tel défi. Dans un esprit sportif et professionnel, je pense que cet hiver n’est pas le bon moment pour une nouvelle tentative et nous avons donc pris la décision avec Dona de repousser notre départ. Nous finalisons actuellement notre programme sportif pour la saison 2017 et nous aurons le plaisir de l’annoncer prochainement.

Je navigue en multicoque depuis toujours et ce support fait partie de l’ADN de Spindrift racing depuis sa création. Avec Dona nous sommes heureux de constater que ce support prend de plus en plus d’ampleur et intègre les courses et circuits les plus prestigieux au monde et nous continuerons à faire partie de ces teams ‘pionniers’ qui participent à inventer le multicoque de demain.

Nous visons l’excellence avec rigueur et avons pour ambition de continuer à croître et à développer le groupe de marins talentueux que nous avons la chance de compter dans notre équipe. »