Trophée Jules Verne: L’ultime ascension
  • Maxi Spindrift 2
31 décembre 2015

En franchissant la ligne de séparation des hémisphères ce 31 décembre à 18h 33’ (heure française), Spindrift 2 concède 1 jour 10 heures 46 minutes et 550 milles au détenteur du Trophée Jules Verne. Mais à 3 200 milles de l’arrivée devant le phare de Ouessant, le trimaran mené par Dona Bertarelli, Yann Guichard et leurs douze équipiers conserve l’objectif de finir en moins de 45 jours 13 heures 42 minutes 53 secondes, record autour du monde à la voile à battre.

L’Atlantique Sud n’aura pas été coopératif pour l’équipage de Spindrift 2 qui a dû composer sur plus de 4 000 milles avec un vent mollasson ou contraire, des brises volages et des grains orageux, des mers chaotiques et des vagues courtes. Ces dernières ont d’ailleurs provoqué une légère compression du mât que l’équipage a dû réparer en navigation, ralentissant sensiblement sa progression pendant quelques heures névralgiques. Et si le trimaran noir et or disposait de 18h 11’ d’avance au passage du cap Horn sur le temps de référence (et de plus de 500 milles de marge), ces conditions défavorables l’ont tout de même porté jusqu’à l’équateur en 39 jours 13 heures 31 minutes, soit 1 jour 10 heures 46 minutes de plus que Banque Populaire V en 2012.

22 nœuds de moyenne à tenir

Pour autant, le sprint final vers le phare de Créac’h symbolisant la fin de ce tour du monde, reste ouvert puisque la moyenne pour atteindre Ouessant est d’un peu plus de 22 nœuds sur les six jours qui s’égrènent depuis le passage de l’équateur. Or depuis son départ de Ouessant le 22 novembre à 5h 01’ 58’’, Spindrift 2 a réalisé une moyenne sur l’eau de plus de 25 nœuds. Certes les conditions météorologiques sur l’Atlantique Nord ne sont pas exceptionnellement favorables puisque l’anticyclone des Açores s’étale sur la trajectoire optimale vers la Bretagne. Mais dès le 1er janvier, Yann Guichard, Dona Bertarelli et leurs douze équipiers vont très sensiblement accélérer dans des alizés de Nord-Est soutenus qui permettront d’aligner des moyennes supérieures à trente nœuds.

C’est donc l’issue du week-end qui va déterminer la possibilité de franchir la ligne d’arrivée en dessous du record autour du monde (45 jours 13 heures 42 minutes 53 secondes), un temps que Spindrift 2 doit battre d’au moins une minute pour qu’il soit validé, soit avant le mercredi 6 janvier à 17h 43’ 51’’ GMT (18h 43 51’’ heure française). Or pour ce faire, l’équipage va devoir traverser les hautes pressions qui s’étalent au large de l’archipel des Canaries, un passage étroit mais délicat de 250 milles environ où les brises s’annoncent faibles. C’est cette demie journée cruciale qui peut permettre au trimaran de raccrocher le flux de secteur Ouest puissant qui balaye l’Atlantique Nord, de la Floride à la Scandinavie !

« Le doute est un hommage rendu à l’espoir » Lautréamont

Car une fois atteint le 33° parallèle Nord, une succession de dépressions génère une brise de trente nœuds et plus jusqu’à la pointe bretonne. Et il se pourrait même que le gros temps et la mer forte qui règnent depuis des jours sur Ouessant imposent une grande vigilance. Bref, le suspense risque fort de perdurer jusqu’aux derniers milles de ce tour du monde atypique qui a alterné depuis déjà près de quarante jours, les accélérations incroyables et les ralentissements surprenants, mettant à rude épreuve les corps et les nerfs d’un équipage qui n’a jamais baissé les bras, même lors des infortunes de mer.

Et si le doute concernant la traversée de l’anticyclone des Açores flotte dans les esprits, il est loin de s’incruster car si la météorologie est une science, elle intègre un pourcentage d’incertitude lié aux microphénomènes qui parsèment chaque nuage, chaque variation de pression barométrique, chaque courbure d’isobare, chaque parcelle d’air. Force est de reconnaître qu’il faut encore patienter avant de trancher mais « à cœur vaillant, rien d’impossible ! »

Yann Guichard, skipper Spindrift 2.

Yann Guichard, juste avant le passage de l’équateur :

« Je crois qu’il y a peu de gens qui ont passé l’équateur en bateau à voile à quelques heures du changement d’année ! C’est un moment symbolique assez sympa. On va ouvrir une demie bouteille de champagne mais avec les offrandes à Éole, à Neptune et au bateau, chaque équipier (quatorze) ne va avoir qu’une gorgée… Elle était prévue pour le passage de l’équateur, mais on va faire d’une pierre deux coups avec le Nouvel An ! Et franchir la ligne (entre les deux hémisphères) en moins de quarante jours, c’est aussi très sympa. »

« Nous allons rentrer dans une zone orageuse qui va définir la fin du Pot au Noir (zone de vents faibles à l’équateur) : nous allons donc pas mal manœuvrer en début de nuit jusqu’à toucher les alizés de Nord-Est. Après, le record est mathématiquement possible, sportivement aussi : le couperet, ce sera l’anticyclone des Açores. Il faut que nous puissions faire la route la plus directe possible sans trop ralentir au passage des hautes pressions. Nous avons la chance que l’anticyclone soit assez bas et aplati, ce qui entraîne de bons alizés même si la mer sera un peu de face. Le temps du record devrait se jouer à pas grand chose… »

« L’Atlantique Sud a été dur pour tout l’équipage puisque nous avons perdu en gros 1 000 milles : ça fait beaucoup ! En plus de perdre du temps, ça n’a pas été confortable et casse-bateau avec le vent contraire et la mer de face : c’était fatiguant, usant et on n’a pas vraiment pu dormir parce qu’on sautait de la bannette… Ça va mieux depuis deux jours, sauf qu’il fait maintenant une chaleur torride à l’intérieur ! En tous cas, nous sommes tous super motivés pour ce final. Et le bateau est en parfait état : on a fait un dernier check-up avant l’équateur. »

Temps de passage de Spindrift 2, skipper Yann Guichard 

Départ Ouessant : dimanche 22 novembre 2015 à 04h02’ UTC

Passage équateur : vendredi 27 novembre à 01h 31’ UTC
Temps Ouessant – équateur : 4 jours 21 heures 29 minutes
Delta avec Banque Populaire V : avance de 17 heures 25 minutes

Passage à la longitude du cap des Aiguilles : vendredi 4 décembre à 04h04’ UTC
Ouessant – cap des Aiguilles : 12 jours 00 heure 02 minutes
Delta avec Banque Populaire V : retard de 12 minutes

Passage à la longitude du cap Sud de la Tasmanie : samedi 12 décembre à 8h39’ UTC
Temps Ouessant - Tasmanie : 20 jours 04 heures 37 minutes
Cap Aiguilles - Tasmanie (océan Indien) : 8j 04h 35’
Delta avec Banque Populaire V : avance de 2 heures 34 minutes 

Passage du cap Horn : mardi 22 décembre à 08h09’ UTC
Temps Ouessant- cap Horn : 30 jours 04 heures 07 minutes
Delta avec Banque Populaire V : avance de 18 heures 11 minutes

Passage de l’équateur : jeudi 31 décembre à 17h33 UTC
Temps Ouessant – équateur : 39 jours 13 heures 31 minutes
Delta avec Banque Populaire V : retard de 1 jour 10 heures 46 minutes