Jour 1 : le départ
  • Maxi Spindrift 2
14 juillet 2016

Transat Québec Saint Malo

Video Depart

Message du bord de Dona Bertarelli :  
13 juillet
23:00 GMT - Jour 1

Quel bonheur de retrouver Spindrift 2 ! Je n’étais pas remontée à bord depuis l’arrivée du Jules Verne le 8 janvier dernier. J’ai le sentiment réconfortant de retrouver un compagnon de route que je n’avais pas vu depuis longtemps. Un être cher dont je connais chaque aspect et qui n’a pas de secret pour moi. Rien n’a changé et il me semble même que c’était hier que nous rentrions de notre tour du monde. Mes compagnons de route sont tous là, à quelques exceptions près. Pour cette course mythique qui se déroule tous les quatre ans entre Québec et Saint Malo, nous avons à bord Erwan Leroux, lui-même skipper d’un Multi de 50 pieds victorieux de plusieurs courses dont la Route du Rhum. Nous avons également embarqué au poste de numéro un, deux jeunes anglais bourrés de talent qui sont Jackson Bouttell et Sam Goodchild. Puis, Simone Gaeta qui travaille au sein de l’équipe technique chez Spindrift racing et déjà présent à bord lorsque nous avons battu le record de la Route de la Découverte en 2013. En tant que mediaman, notre dévoué Chris Schmid photographe et webmaster de l’écurie. Et enfin, mon fils Duncan Spath sportif passionné qui était déjà parmi nous lors de la victoire de la Rolex Fastnet Race l’année dernière et dont ce sera sa première traversée de l’atlantique.

Nous sommes donc partis à 16 heures locale de Québec. La ville est réputée pour ses paysages autant que pour ses habitants sympathiques et accueillants. La diversité des eaux du Saint Laurent, fjord le plus grand au monde, s’étendant sur une longueur de plus de 100'000 miles nautiques, attire une pléiade d’animaux marins tels que plusieurs espèces de baleines comme le Rorqual bleu, le Rorqual commun, la baleine noire ou même le Beluga sans oublier les phoques que l'on peut aisément observer tout le long du littoral. Les oiseaux ne sont pas en reste et l’on peut observer sur l'ile de Bonaventure la plus importante colonie de fous de Bassan avec plus de 121'000 oiseaux.

Le départ s’est fait au portant dans un vent de 8 à 10 nœuds. Nous avons enchainé les empannages tant le chenal est étroit à cet endroit du fleuve. On devra rester vigilant jusqu'à la sortie de cet estuaire car hormis son étroitesse, les iles et bancs de sable sont nombreux. Pas beaucoup de sommeil en prévision les prochaines 24h car il faudra attendre d’être sortis de cette zone pour commencer les quarts de 5 paires de deux qui tournent toutes les 1h36. Même rythme que sur le Jules Verne, 4 équipiers sont sur le pont alors que 2 équipiers sont en stand-by et 4 équipiers sont off.

Au moment où je vous écris, le vent a complètement disparu. Pas un souffle, l’eau est lisse comme un miroir. Nous sommes bloqués le long des rives de l’ile aux oies et comme si cela ne suffisait pas, on se fait manger par une armée de moustiques bien décidés à ne pas rater cette opportunité de sang frais. Espérons qu’une fois la nuit tombée, ce qui ne devrait pas tarder, le vent reviendra et nous pourrons nous échapper de ce festin.​

Pour voir les photos du départ : cliquez ici.

07:30 GMT Position de Spindrift 2

Vitesse : 24,2 knt
DTL : 3,5 nm
Vitesse sur les 4 dernières heures : 12,2 knt
Cap : 37°