Égalité au cap Leeuwin
  • Maxi Spindrift 2
10 décembre 2015

En passant la longitude du deuxième cap symbolique d’un tour du monde à la voile, Spindrift 2 annonce un retard en temps de 11 heures 25 minutes, mais en réalité, la trajectoire plus Sud du trimaran mené par Yann Guichard le positionne une quarantaine de milles en avance. Butant sur une dorsale depuis deux jours, l’équipage perçoit une issue avec l’arrivée d’une dépression venue de Madagascar.
 
Difficile d’expliquer qu’un voilier peut être devant quand il a du retard… C’est en fait ce qu’il se passe sur l’eau entre Spindrift 2 qui a passé la longitude du cap Leeuwin par 115° 08’ Est, ce jeudi 10 décembre à 15h27’ GMT (16h 27’, heure française) et le temps de référence de Banque Populaire V en 2011. L’explication vient du fait que plus un bateau est proche du Pôle Sud, plus le tour de l’Antarctique est court, puisque le globe terrestre est une sphère. Par exemple, un voilier qui suit le 40°Sud parcourt 459 milles pour effectuer 10° de longitude, quand le même bateau qui suivrait le 50°Sud ne parcourrait que 385 milles : soit un différentiel de 74 milles ! Pour une même vitesse et un même cap, la différence est donc significative…

Un juge de paix… Pacifique
 
Spindrift 2 a donc mis 18 jours 11 heures 25 minutes depuis le départ de Ouessant dimanche 22 novembre pour atteindre la longitude du cap Leeuwin en parcourant 12 295 milles à 27,73 nœuds de moyenne. Le delta vis à vis du temps de référence n’est donc pas rédhibitoire, même si les conditions météorologiques annoncées jusqu’à demain vendredi ne sont pas favorables pour le réduire : la dorsale qui bloque le trimaran noir et or ne va se dissiper que lentement et l’entrée dans l’océan Pacifique (Sud de la Tasmanie) prévue pour samedi aux aurores, ne devrait pas changer sensiblement la situation.
 
L’accélération ne devrait être marquée qu’en approche de la Tasmanie puisque cette dorsale va être balayée par la dépression venue de Madagascar qui va glisser sous l’Australie. Cette perturbation d’origine tropicale va apporter un flux puissant de Nord-Ouest et permettre à Dona Bertarelli, Yann Guichard et leurs douze équipiers de rester sur le 50°Sud au moins jusqu’à la pointe Sud de la Nouvelle-Zélande. Or c’est l’océan Pacifique qui va réellement déterminer la suite de ce Trophée Jules Verne puisque Banque Populaire V avait été très ralenti avec une traversée de 12j 22h du cap Leeuwin au cap Horn, quand son prédécesseur Groupama 3 avait réalisé cette tranche en 10j 14h.  


 
Yann Guichard au téléphone ce jeudi en fin d’après-midi :
 
" Un océan Indien pas facile à cause des glaces, mais surtout un Indien rapide au début et lent pour le reste. En particulier ces deux derniers jours où on bute sur une dorsale qui nous empêche de faire parler pleinement les capacités du bateau. Et cela risque de durer jusqu’au Sud de la Tasmanie. Certes, à partir de demain vendredi, le vent forcit et nous allons accélérer un peu."
 
" Comme dans le Pacifique, Banque Populaire V a été assez lent, on peut espérer être devant au cap Horn mais c’est encore loin. Pour l’instant, les performances des deux équipages sont proches et cela devrait rester à peu près identique jusqu’à l’île Auckland. Mais tout cela reste un peu fictif parce que tous les temps du Trophée Jules Verne sont établis par rapport à une route idéale que personne ne peut suivre : quand le détenteur est virtuellement plus Sud que nous, il gagne du terrain et inversement."
 
" A ce jour, il n’y a pas de glaces dérivantes devant nous mais cela va dépendre de notre route. Le Pacifique a l’air assez calme, sans grosses dépressions. Pour l’instant, il n’y a pas de gros temps ni devant, ni derrière. Par ailleurs, nous nous interrogeons sur l’usage du foil bâbord et ne savons pas si nous pourrons l'utiliser à nouveau. Cela va forcément affecter notre performance sur le long terme.​​"

"On voit pas mal d’oiseaux qui nous suivent, des pétrels, des damiers du Cap, mais côté lumière, c’est plutôt gris et nous n’avons pas vu pour l’instant les luminosités australes ! En tous cas, nous sommes le bon nombre d’équipiers à bord et le système de quarts fonctionne de façon efficace."


 
Temps de passage
Passage du Cap Leeuwin (115° 08’ E)
Jeudi 10.12.2015 à 15:27:15 GMT
Temps Ouessant-Cap Leeuwin : 18j 11h 25m 17s
11h 25' 17'' de retard sur le temps de Banque Populaire V
12 295 milles parcourus à 27,73 nœuds de moyenne