2015, let the adventure begin!
  • Maxi Spindrift 2
20 janvier 2015

Le 6 janvier 2012, il y a tout juste trois ans, le Trophée Jules Verne était battu pour la 7e fois de son histoire. Un nouveau record autour du monde en équipage et sans escale par les trois caps venait d’être établi par 14 marins, à bord du plus grand trimaran du monde. Ces hommes avaient parcouru 40'000 kilomètres autour du globe en 45 jours et demi, soit près de la moitié du défi que Jules Verne avait placé entre les mains de Phileas Fogg.

Avec ce même bateau, Spindrift racing a l’ambition de réduire encore le temps et battre ce record, reconnu comme le plus extrême des contre-la-montre à la voile en équipage. Depuis plusieurs mois déjà, avec créativité et méthode, l’écurie met tout en œuvre pour atteindre cet objectif. Et alors que 2015 débute, cet immense challenge prend corps jour après jour.

Dans les ateliers comme devant les ordinateurs, le team optimise ce maxi-trimaran Spindrift 2 qui partira l’hiver prochain pour sa première tentative autour du monde. En Bretagne, le chantier à terre durera jusqu’en mai. Viendront ensuite les phases de préparation en mer et d’entraînements.

Au-delà de la technique qui se doit d’être irréprochable, un tel challenge est avant tout une histoire d’hommes et de femmes. Recrutés car ils comptent parmi les meilleurs dans leur domaine, les ingénieurs, les techniciens et les marins de Spindrift racing, tous soudés et dédiés à leur mission, travaillent avec l’ambition de dompter cet exigeant chrono qui se refuse plus souvent qu’il ne se laisse accrocher.

Entre Port-La-Forêt où un nouveau mât est en construction, et Vannes, pour ce qui concerne la plateforme et les voiles, découvrez en images ces opérations de grande précision.

Ici le diaporama des premières photos du chantier de Spindrift 2 :

A Port-La-Forêt, le chantier CDK s’est doté d’un autoclave (un gigantesque four sous pression circulaire) de longueur suffisante pour cuire le tube de 42 mètres. La conception du nouveau mât de Spindrift 2 a débuté en février 2014 et sa construction dure dix mois. Le niveau d’optimisation de cette pièce est exceptionnel. Par rapport au mât qui a battu le Trophée Jules Verne avec Banque Populaire en 2012, ce nouvel espar sera une demi-tonne plus léger, soit près d’un quart du poids total ! Ollivier Bordeau de Spindrift racing suit cette construction au quotidien chez CDK où les opérations mobilisent un peu plus d’une douzaine de personnes.

Jacques Guichard, maître-voilier chez North Sails est aussi membre de l’équipe navigante de Spindrift racing, il a donc une place de choix pour accompagner la réalisation des voiles du maxi-trimaran.

En vue du Trophée Jules Verne l’hiver prochain, le dessin de la nouvelle grand-voile de Spindrift 2 a été validé avant même le départ de la Route du Rhum en novembre 2014 ! Une anticipation qui permet la plus grande sérénité dans la phase de fabrication.

Les peaux de carbone de la grand-voile et des voiles d’avant ont été fabriquées à l’usine North Sails 3Di aux Etats-Unis dans le Nevada et sont terminées en France, à la voilerie de Vannes.

Même pour des prototypes de course au large hors-normes, la finition des voiles se fait toujours avec du fil, des aiguilles et beaucoup de savoir-faire manuel.

Pas besoin de les peindre en noir, les voiles sortent d’usine comme ça, un énorme gain de poids !

Au chantier Multiplast de Vannes, les techniciens passent tout au crible, la moindre pièce, les moindres recoins du bateau. L’objectif : optimiser tout ce qui peut l’être !

La gestion des plannings est l’une des clefs de la réussite. 

Jusqu’en mai, Spindrift 2 recevra donc la plus grande attention à terre, la campagne du record du Trophée Jules Verne a déjà bel et bien commencé pour chacun des membres de Spindrift racing !

Photos © Eloi Stichelbaut / Spindrift racing