JOUR 18
09.12.15

14:50 GMT

Rendez-vous demain à 11:00 GMT pour le live vidéo avec Spindrift 2 et notre invité Bertrand Piccard, président et pilote de Solar Impulse. Restez connectés !
Live à retrouver sur www.youtube.com/user/spindriftracing/live
‪#‎TropheeJulesVerne‬

12:00 GMT

L'aire de glace

Cette troisième semaine de mer a été marquée par le contournement par le Nord de l’archipel des Kerguelen, au cœur de l’océan Indien, en grande partie en raison des glaces dérivantes qui se concentraient sous les îles australes. Mais si Spindrift 2 a perdu des milles ces derniers jours, cela est essentiellement lié au déplacement d’une zone de vents faibles juste devant ses étraves, se déplaçant à plus de vingt nœuds…

Le cap Leeuwin, c’est pour demain jeudi soir ! Le deuxième cap mythique d’un tour du monde à la voile sera bien loin dans le Nord puisqu’il marque la pointe Sud-Ouest de l’Australie, à environ 800 milles de la trajectoire du grand trimaran noir et or. Mais c’est plus un symbole qu’un passage névralgique puisque l’océan Pacifique ne commence réellement qu’au Sud de la Tasmanie, deux jours plus tard… Et l’écart de 200 milles environ face au détenteur du Trophée Jules Verne ne devrait pas sensiblement varier ces prochains jours en raison d’un système météorologique qui limite les choix de route.

En effet, Dona Bertarelli, Yann Guichard et leurs douze équipiers n’ont pas eu d’autre possibilité que de rester dans un couloir de vent de secteur Ouest entre le 49°Sud et le 52°Sud depuis leur passage au Nord de l’archipel des Kerguelen. Devant Spindrift 2, se déplace une zone de faible gradient de pression qui progresse quasiment à la même vitesse : l’équipage bute donc dans ce système météo et ne peut espérer une accélération franche que lorsqu’une dépression venue de Madagascar balaiera le Sud de l’Australie dès jeudi soir. Ainsi après l’empannage de la nuit dernière, le grand trimaran devrait de nouveau changer de cap cet après-midi pour suivre une trajectoire parallèle à son prédécesseur virtuel : une remontée progressive vers le 45°Sud afin de bénéficier de ces nouveaux vents de secteur Nord-Ouest puissants en avant de cette perturbation tropicale.

Entre glaçons et hauts fonds

L’accélération sera alors franche et durable ! Dans le schéma météorologique actuel, Spindrift 2 pourrait bien rattraper une grande partie de son retard sur Banque Populaire V avant d’entrer dans l’océan Pacifique et même continuer à profiter de ce flux puissant de Nord-Ouest sous la Nouvelle-Zélande, voir bien plus loin…

Mais la bonne nouvelle est surtout que la zone de glaces dérivantes qui avait incité Yann Guichard et son équipage à déborder l’archipel austral par le Nord est désormais dans le tableau arrière. Les dernières images satellites indiquent que les icebergs sont actuellement concentrés essentiellement sous les Kerguelen (océan Indien), très au Sud de la Nouvelle-Zélande (Pacifique) et entre les îles Malouines et de la Géorgie du Sud (Atlantique). Le détour par le Nord ces derniers jours n’a de fait pas vraiment ralenti Spindrift 2 dans sa tentative de record au vu des conditions qui régnaient à ce moment-là : hors du risque de percuter un growler (morceau de glace de quelques tonnes), l’état de la mer ne permettait pas d’aligner des vitesses élevées sur une route Sud.

La voie est donc dorénavant ouverte devant les étraves du trimaran géant, au moins jusqu’au cap Horn et l’équipage de Yann Guichard a donc le champ libre pour profiter de conditions météorologiques favorables dès vendredi afin d’entamer le « gros morceau » de ce tour du monde par les trois caps le week-end prochain : le Pacifique !

Positions des grands icebergs dans l’océan Indien :

L’image CLS du 4 décembre montre la concentration des glaces dérivantes dans le Sud des Kerguelen : la trace blanche de Spindrift 2 confirme le détour nécessaire pour éviter toute collision au Sud de l’archipel austral, la voie sur le 52°Sud (en dessous du pack de glaces dérivantes) n’étant pas favorable à ce moment-là pour aligner de bonnes journées. Désormais, Dona Bertarelli, Yann Guichard et leurs douze équipiers ont la voie libre au moins jusqu’à l’entrée dans l’océan Pacifique, au large de la Tasmanie.

Distances parcourues en 24h (Spindrift 2 vs Banque Populaire V)

Ce graphique des distances parcourues quotidiennement sur l’eau depuis le départ de Brest confirme que Spindrift 2 a aligné de meilleures journées dans l’Atlantique que le détenteur du Trophée Jules Verne. Mais la chute est conséquente lors du passage au Nord des îles Kerguelen, Banque Populaire V ayant bénéficié en 2011 de conditions météorologiques très favorables avec en particulier la meilleure journée de son tour du monde : 803 milles. Les trajectoires des deux bateaux montrent aussi que le trimaran noir et or a parcouru une centaine de milles en plus sur l’eau en raison de sa route nettement plus Nord dans cette première moitié de la traversée de l’océan Indien.

11:00 GMT

This is what we call a challenge : World Record of #JulesVerneTrophy ! Come on @SpinDriftracing ! #DareWinCelebrate pic.twitter.com/WvBJjo9Hvt
— MUMM (@GHMUMM) 9 Décembre 2015

10:55 GMT

Bulletin météo - Jean-Yves BERNOT

L'Océan Indien n'a jamais si bien mérité son surnom "Le tunnel".

Spindrift 2 continue sa route coincé entre dépressions australes et zone de liaison sans vent amenée par la dépression venant de Madagascar. Vent de secteur Ouest oscillant entre Ouest-Sud Ouest et Ouest-Nord Ouest pour 20-25 noeuds. Houle d'Ouest de 3 mètres.

A moyen terme, la situation est assez frustrante : le bateau butte dans une dorsale entre dépressions australes que l'on arrive ni à amadouer ni à passer en force (les deux méthodes classiques pour gérer les dorsales).

C'est un jeu stupide : le bateau fait route vers l'Est à 35 noeuds, rattrape la dorsale qui se déplace à 20-25 noeuds et ralentit dans la zone sans vent.

La dorsale prend de l'avance et on recommence. L'affaire est supposée durer jusqu'au Sud de la Tasmanie. En physique on parle de "phénomène de relaxation". Ce n'est pas mon état d'esprit en ce moment...

06:17 GMT
 

Message du bord

Avec plus de la moitié de l’océan indien dans le sillage, le décor n’a pas beaucoup changé sur Spindrift 2 depuis le passage au vent des iles Kerguelen. Dominante de gris, quelques rayons de soleil parfois, et toujours quelques oiseaux qui accompagnent le bateau. La température de l’eau est passée de 2°C à 5°C, ce qui rend les journées et surtout les nuits beaucoup plus supportables pour les hommes de quart. Des quarts qui s’enchaînent comme une mécanique bien huilée, tout comme l’ensemble des activités à bord de Spindrift 2. Navigation, performance, mais aussi cuisine, ménage, et bien sûr sommeil. Un rythme qui devrait être à peine perturbé par un ralentissement prévu cet après-midi et dans la nuit. Le maxi-trimaran devrait alors buter contre une dorsale qui se déplace vers l’Australie à une vingtaine de nœuds. Un ralentissement qui ne devrait pas avoir d’impact significatif sur la course menée face au détenteur du record, concurrent virtuel de Spindrift 2. En attendant, le compteur de mile continue à défiler sur le maxi-trimaran qui continuait ce matin à tenir des moyennes très honorables.

06:05 GMT

Début du jour 18 à 6h00 GMT
Position : 50.37.41’ S et 93.22.69 E
185,7 milles de retard sur le détenteur Banque Populaire V
Distance parcourue depuis le départ : 11 384 milles
Distance parcourue sur 24 heures : 580 milles
Vitesse moyenne sur 24 heures : 24,2 nœuds
Voilure : Grand voile haute et gennaker medium
Vague : 3 mètres

05:55 GMT

DEMAIN SUR CNN

EMISSION MAINSAIL DE SHIRLEY ROBERTSON

A LA RENCONTRE DE DONA BERTARELLI ET DU TROPHEE JULES VERNE

Avec également Dame Ellen MacArthur, Loïck Peyron, Francis Joyon, Sir Robin Knox-Johnston et Brian Thomson.

Under 45 days? Jules Verne show #CNNMainsail Thurs:1030,1730 12th 0730, 2230;13th 1730Jan 2:1730; 3rd: 0730, 2230GMT pic.twitter.com/k0fPeELNNm
— Shirley Robertson (@Shirleysail) 8 Décembre 2015

JOUR 17

ICI