JOUR 24
15.12.15

14:30 GMT

Toute l'équipe de Spindrift racing souhaite un très bon anniversaire au benjamin de Spindrift 2, Sébastien Marsset, pour ses 31 ans !

13:00 GMT

FLASH MÉTÉO

LA FRONDE

Aujourd’hui, nous faisons dans la dentelle : passage au Nord immédiat d’un centre dépressionnaire en déplacement lent. Comme d’habitude, on veut le beurre et l’argent du beurre : s’approcher suffisamment près pour pouvoir utiliser la rotation du vent, et ne pas se faire prendre dans la partie centrale sans vent.

C’est la forme de la dépression qui décide de la trajectoire. Si on veut « se la jouer », on peut dire qu’on utilise le champ de vent comme les sondes interplanétaires utilisent l’effet de fronde gravitationnelle  pour explorer le système solaire. Y compris la différence de précision entre la mécanique céleste déterministe et la prévision météo plutôt chaotique…

Doc NASA

Cette trajectoire, à court terme, nous repose de la prise de tête des jours précédents : les prévisions proposaient des trajectoires très Sud pour contourner l’anticyclone du Pacifique envahissant : choix passionnant entre la glace ou les calmes sans fin. « Le premier qui entend un chien de traineau aboyer réveille les autres ».

Doc CLS : Une route sud et, en bleu foncé l’eau entre 0°C et 2 °C. 

Alors, on teste des dizaines de route pour tenter de forcer le passage : des essais et des erreurs…

On s’est rebellé devant tant d’injustice. Il a fallu composer. Tout le monde y a mis du sien : on voulait bien descendre plein Sud, mais pas trop. De leur côté, les modèles se sont calmés et offrent quelques routes alternatives plus directes et pas trop chères. On a donc mis à la poubelle les dizaines de simulation de routes Qud un peu trop « jeu vidéo » à notre goût et on est reparti sur des routes plus réalistes. 

Et la suite : voilà le Pacifique Sud aujourd’hui. 

On ne touche à rien, ça nous plait comme ça : il y a du vent d’Ouest soutenu sur la route et tout va bien. Bien évidemment, il n’en sera rien. Tout ce monde-là vit sa vie. Dans deux jours, il faudra tenter de sortir des griffes de l’anticyclone qui grossit alors que notre dépression L2  sera devenue bien faible. On va y retourner dans le Sud…

Jean-Yves Bernot

12:00 GMT

MESSAGE DU BORD

Rencontre improbable en plein Pacifique Sud, hier soir, entre Spindrift 2 et Idec Sport. Les deux trimarans ne s’étaient pas croisés depuis leur base de la Trinité Sur Mer, et c’est, sans aucune espèce de concertation, qu’ils avaient quitté Brest et coupé la ligne de départ du Trophée Jules Verne à seulement deux heures d’intervalle (le 22 novembre dernier). 15 000 miles plus tard, on les retrouve, les voilà bord à bord au milieu de nulle part, dans leur quête de ce trophée. Le sentiment à bord de Spindrift 2 est partagé entre la surprise de se retrouver ici, et l’excitation de trouver un concurrent bien réel dans cette compétition où l’adversaire est normalement virtuel. Alors, c’est certain qu’il était plus confortable de voir Francis Joyon et son équipage à plus de 800 milles dans le sillage de Spindrift 2. Mais, en même temps, cette situation, inédite dans l’histoire du Trophée Jules Verne, apporte un intérêt supplémentaire au défi. Les équipiers de Spindrift 2 sont des compétiteurs, et cette sorte de course au sein du record n’est pas pour leur déplaire. Lorsque l’on interroge Yann Guichard sur la probabilité de continuer à naviguer au contact d'Idec Sport, celui-ci n’exclut rien. « Les bateaux sont proches en performance, et les options météorologiques possibles pour le Cap Horn ne sont pas nombreuses. Il n’est pas impossible que nos routes se croisent de nouveau dans les jours prochains. » 

11:00 GMT

SPINDRIFT FOR SCHOOLS - OUT OF THE CLASSROOM

Nous sommes aux Antipodes !

Lire l'article : cliquez ici

07:00 GMT

REVOIR LA VIDEO : RENCONTRE INEDITE AVEC IDEC

06:30 GMT

Match Race dans le Pacifique

Début du jour 24 à 6h30 GMT
Position : 48.57.58’ S et 166.58.32 W 
229,37 milles de retard sur le détenteur Banque Populaire V
Distance parcourue depuis le départ : 15 558 milles
Distance parcourue sur 24 heures : 597,1 milles
Vitesse moyenne sur 24 heures : 25,2 nœuds
Voilure : Grand voile haute et gennaker 

JOUR 23

ICI