Out of the classroom
La mer de Ross

 

 

Par  Dona Bertarelli

Je tiens à remercier toutes les écoles partenaires, en France comme en Suisse, et les quelques 2'000 élèves qui nous suivent. Autant que possible, je vais répondre à vos nombreuses questions tout au long de ce voyage autour du monde, où l’on va ensemble, découvrir les merveilles de notre monde.
Avec tout l'équipage de Spindrift 2 et au fil de nos observations, de nos rencontres avec la faune marine mais pas seulement, les îles et péninsules qui croiseront notre route, les phénomènes climatiques, les oiseaux et les étoiles qui nous accompagneront tout le long de notre route, nous vous ferons vivre l’aventure tel Phileas Fogg dans le livre de Jules Verne. 

 

 

Il y a quelques jours de cela, nous naviguions au Nord de la mer de Ross, qui est considérée comme l’écosystème marin le plus préservé au monde.

Le vice-président exécutif du Pew Charitable Trusts, Joshua Reichert, tente de transformer cet endroit en une réserve marine entièrement protégée. Pour cela, il travaille avec les gouvernements, les scientifiques et les défenseurs du milieu marin. Conservateur visionnaire Josh est l’architecte en chef de différentes organisations se battant pour l’environnent et plus particulièrement la sauvegarde des océans. Fondateur de Oceana, et travaillant depuis plusieurs années pour Pew Charitable Trust, il est l'homme derrière plusieurs entités et programmes tel que le Pew Center on Global Climate Change, le Global Ocean Legacy et la Campaign for America’s Wilderness (campagne de protection de la nature sauvage américaine).

En 2007, il s'est donné come mission au travers des actions du Pew Charitable Trusts, une mission incroyable et sans précédent : créer la première génération de parcs marins entièrement protégés. Je suis ravie que Josh puisse nous faire part de son expérience et de nous parler de la mer de Ross.

Dona Bertarelli, co-Présidente de La Fondation Bertarelli et Josh Reichert, Directeur Général de Pew Environment Group, sont retournés sur l'île de Pâques après la conférence Our Ocean en Octobre 2015. Lors de la conférence, la Présidente du Chili Mme Bachelet a annoncé sa volonté de soutenir la campagne des Pascuans visant à protéger les eaux autour de leur île de la pêche illégale.

 

 

"La mer de Ross" par Joshua Reichert

Pointez votre doigt sur une carte du monde du Nord de l’Argentine, vers l'Antarctique, le pôle Sud et puis continuez jusqu’à ce que vous tombiez sur la mer de Ross.

J’ai dû, moi-même, autrefois, tomber sur cet endroit en me demandant ce qu’il pouvait y avoir à part de la glace, de la roche et la météo la plus rude au monde. Qui peut vivre à cette extrémité de la terre, où le soleil ne se lève pas pendant des mois, où les températures moyennes avoisinent les -50 degrés, et où le vent souffle au moins à 80 kilomètres / heure ?

Contrairement à ces idées reçues, La mer de Ross compte parmi les endroits les plus beaux et envoutants au monde, avec une faune riche et diverse. Cette région de 3,6 millions de kilomètres carrés avec une baie en forme de fer à cheval, abrite des espèces qui vivent et se reproduisent depuis des millénaires, sans presque avoir changé leurs habitudes.

On estime que 50% des orques qui vivent sur notre planète, habitent la mer de Ross ; de même pour 38% des manchots Adélie ; on y trouve aussi la plupart des manchots empereurs qui existent au monde, les baleines de Minke, les Pétrels antarctiques et les phoques de Weddell. Si c’est votre jour de chance et que vous passez par là, vous aurez peut être le privilège de voir un orque se hisser hors de l’eau pour atteindre le sommet d'un iceberg, ou d’admirer les pingouins en file, plonger dans les profondeurs glacées de l’océan, à la recherche de nourriture, pour eux et leurs petits. Les files d’attente des restaurants courus ou celle des salles de cinéma les soirs d’avant première ne sont pas mieux organisées !
 

Les merveilleux reflets bleus de l’eau blanchissent au contact des icebergs et des innombrables morceaux de glace qui s’étendent comme un puzzle inachevé, de la côte de l'Antarctique à l’infini. Cet endroit semble si lointain et tellement isolé qu’il paraît intouchable.

Or, depuis des années, des bateaux de pêche de tout bord sillonnent légalement ou illégalement ces eaux, à la recherche de poissons à forte valeur commerciale. Ils chassent les légines australes, les légines antarctiques, les krills qui sont les espèces clé de l'écosystème antarctique car ces crustacés constituent une source essentielle de nourriture pour de nombreux animaux marins. Ils sont exploités industriellement en tant que compléments nutritifs ou nourriture pour animaux.

Malgré cela, à l’extrême sud de la notre planète, la mer de Ross, est considérée comme l'un des derniers écosystèmes océaniques relativement intact au monde. Une étude publiée en 2011 dans la revue Biological Conservation qualifiait la mer de Ross « d'écosystème marin le moins modifié de la planète ». Cette analyse contient des éléments clés pour les scientifiques qui cherchent à comprendre comment les océans évoluaient avant, sans les impacts du réchauffement climatique, la pollution et la pêche industrielle.

Ainsi, de nombreux pays y compris les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, l’Union Européenne, se sont unis, pour désigner la mer de Ross comme une réserve marine. Leur démarche a été soutenue par plus de 500 scientifiques qui cherchent aussi à préserver cette région pour sa valeur environnementale et leurs recherches scientifiques. Le but ultime de ces efforts est la désignation d'un réseau de réserves marines protégeant les eaux de l'Antarctique - un continent à part, protégé où la paix règne depuis le Traité sur l'Antarctique signé en 1959.

Joshua Reichert, vice-président exécutif du Pew Charitable Trusts