Spindrift for Schools
L’ile de Fernando de Noronha

 

 

Par Dona Bertarelli

Je tiens à remercier toutes les écoles partenaires, en France comme en Suisse, et les quelques 2'000 élèves qui nous suivent.
Autant que possible, je vais répondre à vos nombreuses questions tout au long de ce voyage autour du monde, où l’on va ensemble, découvrir les merveilles de notre monde.
Avec tout l'équipage de Spindrift 2 et au fil de nos observations, de nos rencontres avec la faune marine mais pas seulement, les îles et péninsules qui croiseront notre route, les phénomènes climatiques, les oiseaux et les étoiles qui nous accompagneront tout le long de notre route, nous vous ferons vivre l’aventure tel Phileas Fogg dans le livre de Jules Verne.
Nous appellerons notre série Spindrift for School - Out of the Classroom.
 
Aujourd’hui, je vous fais découvrir les petites iles brésiliennes de Saint Pierre et Saint Paul ainsi que l'ile de Fernando de Noronha.

 

 

L’ile de Fernando de Noronha

Jeudi soir vers 23h (TU), en approche de l’équateur, les quarts sur le pont, François, Antoine, Loïck et Thomas, aperçoivent un phare au loin, imposant, seul au milieu de nulle part, il nous rappelle à la civilisation. C’est celui des rochers de Saint Pierre et Saint Paul constitués d’une douzaine de petites îles et de rochers à quelques 1000 km de la côte brésilienne et de 630 km de l’île Fernando de Noronha, la terre la plus proche.

Les rochers furent découverts en 1511 par 6 caravelles portugaises suite au naufrage de l’une d’elles. C’est une zone soumise à de sévères orages et ce n’est qu’en 1930 qu’un premier phare est construit, remplacé en 1995 par l’actuel, arrêtant ainsi une navigation périlleuse dans cette zone.

Autant ce premier signe de civilisation est effrayant et peu accueillant, le deuxième, l’ile de Fernando de Noronha est spectaculaire de beauté. Découverte en 1503 et faisant aujourd’hui parti du patrimoine mondial de l’UNESCO, la faune et la flore y sont protégées. Muni d’un aéroport, un hôpital et d’une école maternelle, 3'000 personnes y vivent à l’année.

Ces deux archipels attirent de nombreux scientifiques, dont le célèbre Charles Darwin qui les visita en 1832 lors de son tour du monde. 

Si les vents nous restent favorable, notre route passera peut-être non loin d’un autre archipel, plus au sud, celui de Trinidad et Martin Vàz. Ces deux îles sont d’origine volcanique, montagneuses, elles culminent à 620m de haut.

Qui sait, en passant de jour, on arrivera peut-être à les apercevoir ?

 

 

Message pour l'école Notre-Dame de la Trinité-sur-Mer
Classes primaires de Mesdames Jeanne Leray, Aline Jouanno et Isabelle Gueganic

Chers enfants,

Votre mascotte que vous nous avez confié lors de notre visite dans vos classes a embarqué à bord en même temps que les marins dimanche dernier ! Elle nous accompagnera tout au long de notre tour du monde et fait à présent parti de l’équipage. Voici quelques photos du 15e équipier en navigation !

Dona

A la barre de Spindrift 2 dans l'hémisphère Sud avec Christophe

Avec Xavier aux winchs